Réponses aux questions:

 

 

Faut-il un dessalinisateur à bord ?

 

Nous sommes  intervenu dans un forum de discussion pour donner le point de vue de l'équipage de Banik sur le dessalinisateur. Voici ce que nous disions:

.../... C'est un engin cher, qui tombe en panne souvent (au dire des voiliers de rencontre) surtout si on l'utilise peu...  Sur Banik, avec deux réservoirs de 300 litres (un pour l'eau à boire et un pour le reste) et l'eau de mer à volonté, nous tenons 2 mois à 4 (sous les tropiques).
Il est rare en 2 mois de ne pas pouvoir profiter d'un grain qui remplisse à nouveau les réservoirs (parfois en moins d'une demi heure) Il faut donc un bon récupérateur d'eau: solide, en toile épaisse, muni de fixations à toute épreuve car quand il pleut dans un grain il y a aussi beaucoup de vent.

Le propre des forums est de pouvoir discuter: René a donc répondu:

Bonjour, 
Je me permet de réagir à ton intervention (ci-dessus), cela ne manque pas de m'étonner. Jamais je ne tiendrai 2 à 4 mois avec 600 litres seulement.
Dans mon voilier j'ai un réservoir de 260 litres et il se vide toujours en une semaine, dix jours maximum. Malgré mes conseils, ma femme en gaspille. Il paraît que j'ai gueulé "comme un cochon qu'on égorge" un jour où, distraite, elle rinçait la vaisselle sous le robinet "comme à la maison". 
Je suis surpris aussi que tu dises qu'un dessal. tombe souvent en panne. J'ai eu d'autres "sons de cloche" comme quoi ces appareils fonctionnent très bien avec un minimum de précautions. Le Power Survivor, souvent cité serait très fiable et donnerait une eau d'excellente qualité potable. 
En ce qui concerne l'eau de pluie, cela est relativement facile sous les tropiques où les grains sont fréquents. Mais que fais-tu de cette eau ? Tu la bois ? Et avant de la boire, tu la filtres ? Avec quoi ? J'ai eu des exemples de gens qui filtraient cette eau de pluie avec un gros tampon d'ouate placée dans un entonnoir. Puis versaient l'eau obtenue dans une carafe disposant d'un second filtre "au charbon". De telles filtrations sont loin d'éliminer les virus... Peut être faut-il y ajouter une dose de Javel ou de sels d'argent ? Mais les sels d'argent n'attaquent-ils pas les reins ?
L'eau à bord est un problème que je trouve très TRÈS compliqué si on veut naviguer avec une autonomie aussi complète que possible et traverser des régions où la pluie est relativement rare ou l'eau pas toujours saine pour nos estomacs européens. Pour cette raison, je reste partisan d'un dessalinisateur à bord.                              Cordialement.       René.

 

Je reprends les différentes objections (c'est intéressant et constructif) dans l'ordre. 

1-      Je ne tiens pas 2 à 4 mois avec 600 litres d'eau, je tiens 2 mois à 4 (j'aurai du rajouter "personnes" c'était clair dans mon esprit mais mal exprimé).
Nous l'avons fait en partant des Canaries avec de la très bonne eau prise à la Gomera à la même source (suivant la légende) que celle ou Christophe Colomb a puisé avant son 1er départ pour les Antilles (Bahamas en fait). Après 8 jours de mer, nous sommes restés 4 semaines dans l'archipel du Cap vert ou il n'avait pas plu depuis 7 ans (à notre passage). La seule eau dont on aurait pu disposer, était de l'eau de mer dessalinisée par les usines et nous la trouvions tellement mauvaise que nous sommes partis traverser l'Atlantique sans refaire les pleins des réservoirs. Nous sommes arrivés à Grenade 17 jours après.

Un de nos réservoirs (300 l) est traité aux sels d'argent et ne sert qu'à la boisson. ce qui donne 5 litres par jour pour nous 4 sur cette période. On a peut être un peu complété par des bouteilles d'eau en plastique que l'on a toujours en sécurité (et encore je ne me souvient plus)... mais les réservoirs n'étaient pas à sec et on a jamais plus eu de conditions telles que nous ne puissions pas remplir en 2 mois. Bien sur on ne fait pas la vaisselle à l'eau douce mais à l'eau de mer, et quand on rince, le robinet est sitôt fermé et l'eau douce utilisée passe d'un verre à l'autre pour servir plusieurs fois. 

2-      En ce qui concerne les dessal: Je n'en ai pas, donc je ne porte pas de jugement personnel mais ne fais que rapporter ce que j'ai entendu ( j'avoue que je suis assez réceptif à ce genre d'écho car je suis pour la simplicité sur les bateaux). Par expérience, (j'ai vécu plus de 10 ans sur des voiliers),  je sais que le matériel à bord est générateur de frais et de temps perdu à l'entretien. Ceci dit je reconnaîs ( et je le pense vraiment pour en avoir souvent bue) que l'eau des dessal est parfaitement bonne à mon palais:cet aspect la ne mérite aucune critique. 

3-      L'eau de pluie est facile à récupérer et pas seulement sous les tropiques ... et nous la buvons (l'eau de pluie) sans nous préoccuper de quoi que ce soit... Je n'ai jamais entendu dire qu'il y avait des virus dans l'eau de pluie... Cela ne m'est jamais venu à l'idée... 
Nous sommes restés un mois dans les Bahamas sans entrer une fois dans une marina. De là nous sommes partis vers les Açores (26 jours de mer)... C'est une deuxième expérience de 2 mois sans remplir les réservoirs à un robinet. Mais durant ce temps (et avant de traverser) nous avons rempli à bloc les réservoirs avec de l'eau de pluie (c'est vrai c'est facile sous un grain tropical). Nous avons donc bu de l'eau de pluie pendant 2 mois sans aucun traitement (que nos sels d'argent pour la conserver pendant la navigation) sans troubles aucun... Il est vrai que nous venions de passer 2 ans à boire de l'eau du robinet du Venezuela, de la Colombie, du Guatemala ou de Cuba et que ça crée peut-être des anti-corps... En conclusion et même si cela fonctionne bien, le coût et la fragilité d'un dessal ne m'incite pas à faire cet investissement pour résoudre un problème qui n'en est pas un (la ou on a navigué) et cela est vrai pour une multitude de choses à bord.                            Amicalement

Voir l'article sur le récupérateur d'eau de pluie de Banik

 

Retour à la liste de questions

Vous êtes sur   www.banik.org